Mayté Garcia, la première épouse de Prince et danseuse au sein de The New Power Generation, publie son livre « The Most Beautiful : My Life With Prince»  le 4 avril 2017. Depuis la mort de l’artiste l’an dernier, des dizaines de biographies, s’ajoutant aux autres dizaines publiées de son vivant. Des milliers d’articles ont été rédigés pour retracer la vie de Prince et évoquent sa période avec Mayté et le drame qu’ils ont vécus avec la perte de leurs enfants. Pour rétablir la vérité et la réalité sur leur histoire qui a été racontée par des biographes ou journalistes qui ne les ont jamais approchés ou qui ont déformé les faits, Mayté a donc choisi de publier un livre. Elle a préféré cette option plutôt que de donner des interviews sur des plateaux de télévision qui auraient été coupées, montées et remontées pour créer des annonces sensationnelles. La rédaction de ce livre a été amorcée et annoncée en juin 2015 (voir cet article de centrictv), alors que Prince était encore vivant, mais cette information est passée inaperçue. Lorsqu’elle a confirmé avoir terminé ce livre après le tragique 21 avril, de nombreux fans se sont insurgés, la jugeant indécente et faisant offense à la mémoire de Prince. Certains allant  jusqu’à la menacer de mort sur le net. Prince lui-même avait rendu cette liaison publique, en parlait longuement dans ses interviews et avait créé de nombreuses œuvres autour de leur histoire. Après 10 ans de vie commune, fait l’objet de dizaines de chansons, 250 concerts avec lui et une trentaine d’apparitions dans ses clips, c’est au tour de Mayté de raconter sa vie avec Prince à sa façon.

 « The Most Beautiful : My Life With Prince» permet de connaitre SA version de leur histoire, de corriger les erreurs de biographes, journalistes et fans, et donne des clés pour comprendre certaines œuvres que Prince a créé pendant et après leur union. Libre à chacun de lire ou pas cette autobiographie et/ou de préférer lire les ouvrages de biographes ou articles sur le net qui véhiculent souvent des choses fausses alors qu’elle a partagé son quotidien pendant une décennie. Un simple exemple : entre 1996 et 2016, des milliers d’articles et toutes les biographies disaient que leur enfant né et décédé au bout d’une semaine s’appelait Boy Gregory. Les fans ont pris cela pour argent comptant et beaucoup se sont interrogés sur le choix de ce deuxième prénom pour y voir une allusion aux lyrics d’ « Anna Stesia ».

Avec ce livre, Mayté ne vise ni à glorifier, ni à détruire Prince. Juste à le décrire, tel qu’elle l’a connu et aimé jusqu’à leur divorce, avec les joies et les peines d’une vie de couple. On y découvre ou redécouvre le Prince superstar avec ses comportements parfois déroutants, l’artiste en création permanente et l’homme « normal » avec ses forces et ses faiblesses, sa poésie et ses tragédies, son cheminement spirituel qu’il mettra en musique. Ce livre permet de rassembler des pièces de ce puzzle géant et d’en remettre quelques-unes à leurs bonnes places (« he’s a private man, but through his music, he’s already said more than people realize »).

Mayté y raconte son histoire, sa vie et ses aspirations avant de rencontrer Prince, puis ses changements de statuts de fan, muse, amie, amante, âme-sœur, mère et femme de l’artiste qu’elle aimait, avant de devenir « The Banished One » avec l’arrivée de Larry Graham et Manuela.

« The Most Beautiful : My Life With Prince» fait 300 pages et est sorti chez Hachette en avril 2017 (disponible en anglais sur les sites type amazon, en version kindle, reliée, brochée ou CD audio).

La version française (The Most Beautiful : Ma Vie avec Prince) est prévue pour le 11 octobre et peut déjà être précommandée sur amazon.

This experience will cover courtship, sex, commitment, fetishes, loneliness, vindication, love and hate.

Introducing Mayté

John et Nelly Garcia donnent naissance à Mayté en 1973 dans une base militaire en Alabama. Elle est la petite sœur d’une autre fille du couple: Janice. La famille déménage souvent, au gré des mutations du père, et finit par s’installer durablement en Caroline du Nord. C’est là-bas, à 5 ans, que Mayté et sa mère s’intéressent à la danse orientale, activité à la mode à cette époque (comme la Zumba aujourd’hui). Elle admire le musicien George Abdo,  deux danseurs réputés dans ce milieu à l’époque, Ibrahim Bobby Farrah et un certain Amir, ainsi que Rita Moreno, une actrice portoricaine qui a joué dans West Side Story et Luis Miguel, un chanteur latino. Elle s’entraine dur avec sa mère et passe des auditions jusqu’à se retrouver à 8 ans devant un jury dans lequel se trouve George Abdo et Amir. Impressionné, Abdo la qualifie de Huitième merveille du monde. Dans le même temps, les producteurs de That’s Incredible (équivalent d’Incroyable Mais Vrai dans les années 80) la repèrent sur une des VHS que son père revendait après avoir filmé les auditions. Elle fera une apparition remarquée dans ce programme en dansant sur « Raks Leyla » de George Abdo. Ce passage accroîtra sa notoriété et elle sera de plus en plus demandée dans des spectacles locaux ou dans les restaurants. Sa mère fait office de manager pendant que son père filme les shows et s’assure qu’on ne s’approche pas trop de sa fille.

Comme des millions d’Américains, elle va voir le film Purple Rain au cinéma et en ressort transformée. Elle tombe amoureuse de l’artiste, sa musique, son look. Elle s’imagine en Apollonia et sa sœur rêve d’être Wendy. Elle est tellement fan qu’elle ira jusqu’à apprendre par cœur, mot pour mot, l’interview télévisée que Prince a donné à MTV en 1985. Elle rêve déjà de l’épouser. La même année, ses parents divorcent. Son père est muté à Wiesbaden en Allemagne et est suivi quelques mois plus tard par sa famille. John et Nelly se marient ensemble une seconde fois, et Mayté commence à danser dans les restaurants et clubs allemands à 14 ans et en mentant sur son âge (elle dira avoir 16 ans pendant 3 années de suite). Sa notoriété grandissante, le label Edel s’intéresse à elle et lui propose d’enregistrer un disque. Elle fait une reprise de « Broken Wings » de Mr Mister et compose « Too Dramatic » mais le single ne sortira pas tout de suite.

Arabia

Mayté fête ses (véritables) 16 ans en 1989 en Egypte avec ses parents, l’occasion pour elle de s’offrir un costume de danseuse orientale digne de ce nom chez la célèbre couturière Madame Abla et de passer des auditions pour danser dans des hôtels prestigieux. Elle se rend l’El Gezira Sheraton Hôtel du Caire pour assister à une performance de l’une de ses danseuses préférées (Lucy) et au concert d’un jeune chanteur qui deviendra plus tard une star dans le monde arabe : Amr Diab. Ce dernier repère Mayté dans l’audience et l’invite à danser sur scène, ce qu’elle fit avec succès, tout comme une audition le lendemain dans un grand hôtel. Mayté retourne en Allemagne avec la promesse de L’Héliopolis Sheraton du Caire d’un contrat de 18 mois à partir de l’été suivant. Alors qu’elle touche son rêve du doigt, elle apprend en mars 90, soit quelque mois avant le début de son contrat, qu’un incendie avait ravagé ce grand hôtel. Pour consoler sa fille, John lui propose de passer l’été en Espagne avec toute la famille. Pour finir de la convaincre, il lui propose d’acheter des billets pour le concert de son choix : Celia Cruz & Tito Puente ou Prince. Mayté n’est pas emballée par l’idée de voir Prince dans un stade, mais sa sœur, qui est toujours électrisée après l’avoir vu sur le Lovesexy Tour et sa mère, intriguée par le nom de la tournée (Nude Tour), finissent par la convaincre. La famille se rend donc en Espagne en camping-car, pour assister au concert de Prince qui changera leurs vies au stade olympique de Montjuïc à Barcelone le 25 juillet 1990.

So finally we meet….

La famille arrive très tôt le jour du concert et s’arrange pour être au premier rang. Des roadies font le tour de la scène pour inviter des jolies filles à l’afterparty et repèrent Janice et Mayté. Leur père leur fait cordialement comprendre qu’elles ne sont pas intéressées et sympathise avec eux. La famille assiste au concert et est éblouie par Prince. Nelly fait remarquer à Mayté les sonorités orientales sur une chanson: « Tu dois lui donner une de tes K7, il faut que tu danses pour lui ». Elle tente de faire raisonner sa mère, en vain. De retour en Allemagne, ils prennent des places pour le concert prévu à Mannheim le 8 août. Nelly est toujours obsédée par l’idée de faire parvenir une K7 à Prince et ordonne à Mayté d’en préparer une. Elle fait un montage de 3 minutes constitué d’extraits de diverses performances avec un petit mot : « Hi, my name is Mayte. I saw your show a few weeks ago. I noticed you had some Middle Eastern vibe in a song you played. I wanted you to see my Belly Dancing. I hope you like it. Oh and I’m 16 years old». Le plan est d’arriver à lui donner cette K7 au concert de Mannheim. Pendant qu’elles font la queue devant le stade, Prince aperçoit Mayté depuis le bus de la tournée : Tiens, voilà ma future femme dit-il à Rosie Gaines. Les roadies à la recherche de filles pour l’afterparty reconnaissent Janice et Mayté et les font entrer dans le stade avant tout le monde. L’occasion pour Nelly de donner la fameuse K7 à Kirk Johnson, un des game boyz. A peine quelques minutes plus tard, un type de la sécurité arrive et dit à Mayté : « Prince a vu ta cassette, il veut te rencontrer ». C’est ainsi que Mayté est invitée dans sa loge pour discuter avec son idole pendant une minute, le temps de lui donner son numéro de téléphone et d’avoir des places VIP pour le concert. Il l’appelle dans la nuit après le concert pour demander à Mayté et sa famille de le rejoindre à Francfort et surtout d’apporter avec elle d’autres K7. Une relation amicale se développe, basée essentiellement sur de longs appels téléphoniques et des courriers dans lesquelles Prince nomme Mayté « Arabia ». Il aurait aimé qu’elle porte ce nom de scène, mais elle a préféré garder son nom de naissance. Lorsqu’elle s’adresse à lui, elle ne l’appelle pas « Prince », pour garder une distance entre son nouvel ami et celui qu’elle idolâtrait. C’est toujours un garde du corps ou assistant de Prince qui l’appelle au téléphone (il lui avouera qu’il ne savait pas comment se prononçait son prénom au début), et elle répond par un « hey ». Elle continue de danser dans des hôtels, restaurants et événements en Allemagne et envisage de s’installer en Egypte.

Courtship / Courtin’ Time

Courant 90 toujours, Prince commence à lui envoyer des cassettes pour qu’elle se filme en train de danser dessus : d’abord « Dopamine Rush » et « Amsterdam » de Madhouse. Il lui propose également de s’entrainer à chanter sur un titre avec des sonorités orientales qu’il vient d’écrire, « However Much U Want » et de danser sur une chanson fraîchement composée : « 7 ».

Début 1991, Prince lui demande de venir à Los Angeles pour le tournage des clips de « Diamonds And Pearls » et « Cream ». Mayté est encore mineure, mais Prince s’arrange pour être son tuteur légal, l’autorisant ainsi à voyager et travailler aux Etats-Unis. Mayté arrive à Los Angeles en mai pour les tournages, mais la réalisatrice du clip, Randee Saint Nicholas estime qu’elle n’est pas assez sexy et qu’elle n’a pas sa place ces vidéos. Pour la consoler, Prince fait vivre à Mayté une journée à la Pretty Woman en parcourant tous les magasins chics de la ville. Peu de temps après, elle l’informe qu’elle part pour 3 mois au Caire pour s’acheter de nouveaux costumes, prendre des cours de danse et essayer de décrocher un contrat là-bas. Prince lui adjoint les services de Randee Saint Nicholas et son équipe pour filmer et documenter ce voyage. Ces images seront utilisées plus tard dans divers clips (« Damn U ») et mini-films (« Act » 1 et « 3 Chains O’ Gold »). La vidéo de Mayté dans That’s Incredible est incluse dans la compilation VHS de Gett Off sortie fin 91 et Prince lui propose d’intégrer son groupe pour la tournée Diamonds And Pearls qui s’annonce. Un comptable de Paisley Park lui fait signer un contrat à 300 dollars la semaine et lui donne les clés d’un « appartement de fonction » à Chanhassen. Parallèlement, Prince travaille déjà sur l’album qui suivra Diamonds And Pearls et sur l’album de sa petite amie principale de l’époque : Carmen Electra qui sera aussi sur la tournée.

Welcome 2 the New Power Generation

L’intégration de Mayté dans le groupe sera difficile. Elle ne danse que sur 3 ou 4 titres pendant les concerts du Diamonds And Pearls alors que les autres danseurs (Tony, Damon, Kirk, Lori ‘Diamond’ Elle et Robia ‘Pearl’ Lamorte) sont plus souvent sous les projecteurs. Quelques tensions naissent lorsque Mayté surprend une conversation entre des musiciens et les autres danseuses durant laquelle ils s’interrogent sur l’utilité de sa présence et se moquent de son corps et de sa virginité. Ce moment sera illustré dans les mini-films « Act » 1 et « 3 Chains O’ Gold » où l’on voit ce genre de commentaires.

Prince n’ira pas à l’affrontement avec son groupe à ce sujet pour défendre sa protégée, mais il enverra un signal, qui aurait pu paraître anodin, mais compris par tous. A ce moment-là, la relation entre Prince et Mayté est platonique et professionnelle. Il a de nombreuses petites amies et Carmen Electra est sa favorite, ce qui fait que personne ne l’approchait. Un jour, alors qu’ils étaient tous ensemble (le NPG et Carmen), Prince s’approche de Mayté et lui sert la main pour la saluer. Il ne serrait jamais ou que très rarement la main aux gens. Ses mains étaient ses instruments et il craignait les microbes. En saluant Mayté de cette façon devant tout le monde, il a envoyé un message au reste du groupe signifiant « pas touche ». Lorsqu’il lui a adjoint les services d’un garde du corps personnel, ça voulait dire « ne vous avisez même pas de la regarder ». Mais cela n’a fait qu’accroitre les rumeurs sur leur liaison, alors qu’ils n’en étaient qu’au stade du flirt. Mayté retiendra la signification de ces messages subliminaux, comme elle comprendra que lorsqu’une fille est la favorite de Prince, il la fait vivre à Minneapolis. Lorsqu’elle ne l’est plus, il l’envoie ailleurs.

Les tournages de vidéos ont continué pendant la tournée. A la fin de celle-ci, a l’été 92, Mayté retourne dans son appartement à Chanhassen. Prince lui demande un jour d’acheter des babioles pour décorer une pochette de K7 vidéo (Diamonds And Pearls Collection). Mayté s’exécute mais annonce à Prince qu’elle va démissionner : son salaire ne lui suffit pas pour compenser ses dépenses les plus simples et payer les factures téléphoniques longue distance lorsqu’elle appelle ses parents. Elle gagnait plus d’argent en se produisant en Allemagne et n’a pas encore répondu aux sollicitations venues d’Egypte. Elle découvre alors que Prince n’a aucune idée du salaire versé par son entreprise à ses musiciens et le triple aussitôt pour la retenir. Elle participe à la tournée américaine Act 1 en 1993 dans lequel elle tient un rôle plus grand puisqu’elle est l’héroïne de l’album O(+>. Prince ne retient pas les Game Boyz pour la tournée européenne Act 2. Il ne garde que Mayté pour assurer la danse sur scène en lui disant « je ne veux plus de mecs avec moi, juste toi » et confirme sa légitimité au sein du groupe en lui faisant comprendre que son corps était son instrument.

The ineffable one

Fin 92, Prince publie son 14éme album : « O(+> ». Il n’a pas de nom prononçable officiellement et est communément surnommé « Love Symbol » ou « Symbol ». Il a conçu cet album comme un opéra (rock-soap opera selon ses termes) racontant une histoire d’amour entre lui, la superstar, et une jeune princesse égyptienne qu’il veut protéger ainsi que ses chaines en or sacrées de sept hommes qui veulent la tuer. La première version de l’album contenait plusieurs séquences qui servaient de fil conducteur pour comprendre cette aventure, mais elles ont été exclues pour la version finale pour faire de la place à une autre chanson (« Eye Wanna Melt With U »). Le véritable nom (verbal) de l’album devait être dévoilé plus tard, mais cette idée a été abandonnée. Cette histoire sera déclinée sur scène pour la tournée Act 1 aux Etats-Unis, en mini-film pour une cassette vidéo et en bande dessinée qui sortiront les années suivantes.

A Noël 92, quelques semaines après la sortie de l’album « O(+> », Prince s’invite à Porto-Rico, là où Mayté passe ses vacances en famille. Elle le rejoint dans sa chambre d’hôtel, et le trouve un soir assis sur un piano (il en demandait toujours et faisait re-décorer les chambres pour avoir l’impression d’être chez lui). Il a regardé l’océan toute la journée et annonce à Mayté qu’il allait changer de nom pour s’appeler comme son dernier album : « O(+> »

All alone staring at the ocean, he implores the heavens 4 the answer-

‘What is the symbol? What does it really mean?’

A voice says 2 him, ‘It’s your name' »

Cette voix qui lui a inspiré ce changement de nom, selon lui, était la même que celle qu’il a entendu pendant qu’il composait Purple Rain. Cela ne gênait pas Mayté plus que ça puisqu’elle a toujours été vigilante pour ne pas l’appeler Prince depuis qu’ils se connaissent. Elle tenait à différencier l’homme qu’elle connaissait de celui qu’elle idolâtrait plus jeune. Elle interpellait par des « hey » ou « honey ». Selon Mayté, Prince voyait la vie comme une œuvre d’art, il estimait que le symbole permettait de visualiser cet art qu’il créait au quotidien et de différentes façons sans avoir besoin de le verbaliser.

C’est à cette période-là que Prince renouvelle dans des conditions avantageuses son contrat avec sa maison de disques et qu’il commence à se frictionner avec elle à cause d’un événement qui aurait pu rester anodin. La Warner souhaitait sortir la chanson « 7 » comme single, mais Prince a imposé « My Name Is Prince » en priorité. Son choix ne fut pas judicieux puisque ce single n’a pas eu un gros impact dans les charts et n’a pas permis de booster l’album. « 7 », au contraire, sorti plus tard, a eu plus de succès (en atteignant la 7eme place), prouvant que la Warner avait raison. Qu’il ait eu tort ou pas dans ce choix, il estimait qu’une maison de disques n’avait pas son mot à dire dans cette situation. C’est à l’artiste de décider de ce qu’il doit sortir ou pas, sans interférence du label. Mayté avoue qu’elle n’a pas tout compris dans cette affaire de combat contre la Warner à ce moment-là, surtout qu’il venait de renouveler son contrat et que pour ce cas précis de choix de single, il n’avait pas fait le bon choix. Elle comprenait que Prince n’avait en fait besoin que d’un distributeur. Il avait son propre studio, était autonome, n’avait rien à prouver et devait de ce fait conserver les droits de propriété sur les bandes maîtresses (les masters). Il avait aussi vu que la Warner détenait des droits sur son nom en en faisant une marque déposée. Vu qu’il ne détient pas les masters, il est donc l’esclave (slave). Une clause de son nouveau contrat lui interdisait spécifiquement d’être membre d’un autre groupe : il se déguise en Tora Tora pour être un membre à part entière du NPG en dehors du joug de la Warner. Elle le soutient dans son combat, mais ironie de l’histoire, elle n’aura aucun droit sur l’album « Child Of The Sun » qu’elle a fait avec lui.

Commitment

La relation entre Prince et Mayté bascule lors du tournage du clip de « 7 », extrait de « O(+> ». Un des derniers plans tournés est celui où Prince s’approche du ventre de Mayté. A la fin du tournage, Prince lui annonce que « le moment est venu » de passer aux choses sérieuses. Dans une lettre adressée au fanzine Controversy, Mayté dira que Prince avait changé pendant ce tournage (Ever since Prince and I walked thru the doors at the end of the « 7 » video — he has changed. Maybe it was the wonderful effect the children had on all of us, maybe it was the fact that he killed off several images of himself during the video (an act he has yet 2 explain 2 anyone).

Leur relation intime se développe après cette vidéo. Prince, après avoir vu Mayté jouer avec la dizaine d’enfants, se dit qu’elle est celle qu’il lui faut pour fonder une famille. Il est le premier homme à qui elle s’offre. De nombreuses relations passées lui ayant servies pour écrire de sublimes chansons, on a longtemps cru que « The Most Beautiful Girl In The World » parlait d’elle. Mais Mayté explique dans son livre que cette chanson était adressée à toutes les femmes du monde, c’est pour cela que plusieurs femmes avec des origines, allures et looks différents figurent dans le clip et sur la pochette du single. Mayté était déjà l’héroïne de la trame de l’album « O(+> ». Leur liaison devient progressivement fusionnelle puis déconnectée de la réalité, ce qui sera également une source d’inspiration.

Hypnoparadise

Dans son livre, Mayté révèle que Prince lui faisait des séances d’hypnose. Il aimait lui poser tout un tas de question pendant qu’elle était dans cet état et retenait ce qu’elle lui répondait. Au cours de l’une de ces séances, elle parle de l’Egypte ancienne, d’Akhenaton et Néfertiti, de réincarnation, qu’ils s’étaient déjà rencontrés dans une ou plusieurs vies antérieures. Convaincus qu’ils sont deux âmes-sœurs (soul-mates) qui se sont retrouvées, ils prennent au sérieux ou s’amusent avec ces histoires et les coïncidences qui marquent leurs destins (prénoms de leurs parents, les dates de naissance…) pour créer leurs propres mythologie, univers et croyances (mélange de christianisme et références bibliques, croyance en la réincarnation, astrologie, voyage des esprits…). Cette nouvelle « spiritualité » sera retranscrite plus ou moins clairement dans leur programme de mariage, sur le net, dans les interviews (chez Oprah et dans le Today Show), le look, les visuels, décoration de Paisley Park, ou en musique dans les années qui suivirent. Comme beaucoup de filles avant elle, Mayté a droit à son album personnel : « Child Of The Sun » sur lequel elle pose en déesse égyptienne selon ses mots. Étonnement, ils ne donneront un sens à ce titre que quelques années plus tard en visitant un musée au Caire.

Pour annoncer cet album à venir et promouvoir l’album « Exodus » du NPG et la sortie prochaine de « Gold Experience », Prince reste à Los Angeles et envoie Mayté et son groupe en Europe à l’été 95, après l’Ultimate Live Experience Tour. Alors que le NPG donne une interview à Barcelone, le 25 juillet, Prince téléphone à Mayté pour la demander en mariage, 5 ans jour pour jour après qu’elle l’ait vu pour la première fois en concert. Elle reviendra en Europe à l’automne pour promouvoir son album avec une bague de fiançailles, mais éludera les questions des journalistes à ce sujet. La date choisie pour le mariage est le 14 février 1996, jour de la Saint-Valentin. Ils auraient aimé s’unir à Paris, mais les formalités étaient trop complexes. Ils deviendront mari et femme dans une église de Minneapolis devant quelques invités.

La musique jouée lors de la cérémonie et que Prince avait composée l’année précédente, Kamasutra, sortira sous forme d’album pour fêter leur premier anniversaire de mariage. La première chanson sur laquelle ils ont dansé en tant que mari et femme, « Friend, Lover, Sister, Mother/Wife », sera incluse dans « Emancipation », l’album qu’il « était né pour faire » sorti après sa rupture avec la Warner, et qui contient de nombreux titres à la gloire de (ou adressée à) Mayté, dont une qu’il lui chantera lorsqu’ils se retrouveront en intimité après les festivités : « Let’s Have A Baby ».

Amiir

Un des évènements de la vie personnelle de Prince et Mayté qui a fait couler le plus d’encre est l’histoire de leur enfant qu’ils ont eu en 1996 et mort une semaine après sa naissance. Ce drame a fait les choux gras de la presse à scandale, alimenter des théories et débats sur l’insensibilité de Prince dans les jours qui ont suivi, donner lieu à des interprétations de certains passages de ces chansons et l’objet de chapitres entier dans des biographies. Il est donc logique que Mayté se réapproprie cette histoire et donne sa version des faits. Ils ont traversé cette aventure ensemble, et ce récit lui permet de rétablir les faits, peut-être avec trop de détails selon certains. Elle précise qu’elle ne fait que raconter son propre vécu, ce qu’elle a ressenti et ne relater que ce qui lui est arrivé à elle et son bébé. Elle ne se permet pas de parler à la place de Prince ou d’exprimer les sentiments qu’il a éprouvé face à cette tragédie. (« So now you know what happened. To me, anyway. What happened to me and my son. I can’t speak for my husband or describe what this experience was for him. »). Ce chapitre sera sans doute celui qui sera le plus repris, cité et déformé par la publication des parties jugées les plus glauques.

Selon ses calculs Mayté est tombée enceinte la nuit de leur mariage. Elle décrit Prince comme quelqu’un qui était particulièrement doux avec elle durant toute sa grossesse, alors qu’il était en plein conflit avec la Warner ce qui était pour lui une source de stress intense. Elle raconte plusieurs moments où il parlait à son enfant en se collant contre son ventre et lui chantait des mélodies (« You are my sunshine, my only sunshine, you make me happy »), les vêtements qu’il faisait faire sur mesure pour sa femme. Il faisait écouter à qui voulait l’entendre une cassette sur laquelle il avait enregistré les battements de cœur de son bébé (qu’il utilisera pour la chanson « Sex In The Summer »). Il appréciait la voir prendre du poids alors que quelques années auparavant il l’avait sanctionnée (par une ponction sur son salaire) lorsqu’il avait cru qu’elle avait mangé de la crème fouettée. Il était heureux à l’idée d’être père et avait discrètement aménagé un terrain de jeux à Paisley Park pour faire une surprise à Mayté le jour de la naissance, prévue pour le 6 novembre 1996.

C’est Mayté qui a choisi le prénom Amiir, ce qui veut dire Prince en arabe (“Amiir,” he whispered to my belly. “Perfect.”). La première alerte est arrivée en mai, lorsqu’ils étaient à New-York pour la première du film  « Girl 6 » lorsqu’elle a frôlé la fausse couche.  Durant plusieurs mois, les médecins qu’ils ont consultés leur ont tous tenté d’expliquer que cette grossesse présentait des anomalies…mais Prince préférait s’en remettre à Dieu plutôt qu’aux médecins et priait tous les soirs avec sa femme, ignorant les préconisations des médecins (“If there’s something wrong,” my husband said, “it’s God’s will. Not because we didn’t prepare.”).

L’accouchement a eu lieu 3 semaines avant la date prévue, le 16 octobre 1996. Mayté s’enregistre à dans le registre de l’hôpital sous le nom fictif de Mia Gregory, pour ne pas attirer l’attention. Amiir nait avec de multiples déformations dont le syndrome de Pfeiffer. Prince et Mayté ont tout tenté et accepté pour tenter de garder le bébé en vie avec de multiples opérations. Ils passeront quasiment 6 jours à l’hôpital et Prince sera dans le bloc opératoire à la plupart des opérations. Alors que le bébé est dans une couveuse, un inconnu le prend en photo. Dans cet hôpital, pour identifier les nouveau-nés, une étiquette avec le sexe du bébé et le nom de famille des parents est apposée sur la couveuse. C’est ainsi que le nom « Boy Gregory » apparaît dans la presse et qu’il sera celui qui sera faussement donné à cet enfant pendant 20 ans. Après une énième opération, Prince et Mayté décident de ne continuer à se battre que si le bébé peut vivre sans assistance respiratoire. Les médecins acceptent cette proposition qu’ils jugent raisonnable et enlèvent les tubes qui aidaient Amiir à respirer. Il meurt très peu de temps après, le 23 octobre.

Il est incinéré aussitôt et ses cendres placées dans une urne décorée par 3 dauphins symbolisant Amiir, Prince et Mayté. Le couple passe plusieurs jours dans leur maison à pleurer, à regarder et caresser cette urne. Dans le même temps, la machine promotionnelle pour le lancement d’« Emancipation » était déjà lancée. Le projet était finalisé avant le drame et contient « Sex In The Summer » , « Let’s Have A Baby » et « My Computer », qui chacune à leur façon, évoquent le bébé. Le triple album doit sortir le 19 novembre et Prince avait annoncé depuis plusieurs semaines que c’était l’album qu’il était né pour faire et promet 3 heures d’amour, de sexe et de liberté. Il est le premier artiste majeur à sortir un triple album de nouvelles chansons, chose que son label dont il s’était libéré avait refusé de faire en 1987 avec « Crystal Ball » . Il avait négocié avec EMI un deal dans lequel il conservait les bandes maîtresses et avait l’intention de faire une forte campagne de publicité avec des apparitions TV avec son tout nouveau groupe et des  interviews pour dire qu’il était un mari heureux et clamer sa joie d’être père. Une soirée spéciale prévue le 12 novembre, jour de l’anniversaire de Mayté et une semaine avant la sortie de l’album, est déjà organisée avec la venue de journalistes du monde entier à Paisley Park et une diffusion exceptionnelle en simultanée sur les 3 grandes chaines musicales MTV, VH1 et BET. Il saisit cette occasion, qu’il aurait préférée plus heureuse, pour se replonger dans le travail et tenter de moins penser à ce drame. Il donne quelques concerts courts à Paisley Park les 26 et 27 octobre pour s’échauffer avant l’ événement télévisé.

L’interview avec Oprah Winfrey, planifiée avant le drame, a lieu à Paisley Park, moins d’une semaine après la mort d’Amiir. Les rumeurs sur le bébé circulent déjà dans la presse, sans que l’on sache vraiment s’il était encore vivant ou pas. Prince insiste pour que Mayté soit présente pour cette interview. Chose qu’elle accepte en se sur-maquillant et en manquant à quelques reprises de fondre en larmes (elle tente tant bien que mal de faire bonne figure avec son « ballerina smile » et a reçu l’ordre de Prince de ne rien dire sur Amiir). Elle évite comme elle peut le regard d’Oprah qui se doute que quelque chose cloche. Bien que Prince soit évasif sur la question du bébé, Oprah n’ira pas plus loin dans ses questionnements sentant qu’il y avait un malaise. Il voulait tout simplement donner l’image d’un père de famille heureux.

Quelques jours plus tard, Prince demande à Mayté de participer au tournage de la vidéo « Betcha By Golly, Wow !». Dans ce clip, on y voit un Prince rejoignant sa femme enceinte à l’hôpital. Cette scène a été tournée à l’Abbott Northwestern Hospital de Minneapolis, là où est né et mort Amiir. Selon Mayté, il voulait re-capturer le court moment de bonheur intense qu’il a eu à la naissance de son fils (« He wanted to return to a moment when he felt complete joy, complete faith, complete love, and he wanted to take me with him»). Ces deux tournages ont été des moments difficiles pour elle, mais elle l’a fait par amour pour son mari, dit-elle. S’il lui avait demandé de sauter d’une falaise, elle l’aurait fait (« This man was my family now, and I was his. If he’d asked me to drive off a cliff with him, I would have done it »).

La tournée promotionnelle d’ « Emancipation » a continué pendant que les articles à charge sont publiés, basés sur des propos tenus par d’anciennes employées et amies de Mayté pendant sa grossesse (les sœurs Mojica). L’interview avec Bryant Gumbel en décembre est la dernière fois où Prince parle publiquement de son enfant, avec une réponse qui laissait moins de place à l’ambiguïté.

Depuis, il aurait composé de nombreuses chansons à propos d’Amiir d’aprés Mayté. Elle ne cite qu’un seul titre : « Comeback », publiée sur l’album « The Truth » en 1998 (« My husband wrote many songs inspired by or dedicated to our son. One that can still wreck me after all these years is “Comeback.” It’s the voice of Amiir’s daddy, alone with the echoed versions of himself, accompanied only by the quiet acoustic guitar I loved. In the unresolved chords at the end of this song, you can hear this man’s love for his child. It was bigger than him. We loved each other, but this child—we loved this child. He was everything to us. We would have done anything for him. »). Mayté révèle également dans son livre que Prince lui a demandé d’insérer un message subliminal parmi d’autres à l’intention de son fils dans le clip de « The One» (Come back my son and rule. Love).

Début 97, pour s’évader, Prince se lance, avec le Love 4 One Another Charities Tour  et le  Jam Of The Year World Tour, dans sa plus grande tournée américaine depuis le Purple Rain Tour avec 86 dates et une trentaine d’aftershows. Ces spectacles servent en partie à récolter des fonds pour l’œuvre de charité « Love 4 One Another » qu’il a fondé. Le répertoire de la majorité de ses tournées précédentes étaient axés sur le dernier album en date. Mais avec la tragédie qui a encadré « Emancipation » et la fermeture du label EMI qui le distribuait, les concerts de 1997 sont essentiellement constitués de tubes et classiques, toutes périodes confondues (Prince & Symbol) et de reprises. Mayté, qui ne fait fait plus partie du groupe, réussit à caler un voyage en Egypte avec son mari pour se ressourcer, resserrer les liens et visiter les musées et pyramides. Quelques concerts en fin d’année sont annulés ou reportés, sans raison officielle, mais Mayté comprendra pourquoi en lui rendant visite dans sa chambre d’hôtel. Elle tombera de nouveau enceinte l’année suivante mais fera une fausse couche. Ce sont deux autres événements sur les tournées de 1997 qui vont faire basculer la vie du couple auxquels s’ajoute un joli cadeau empoisonné.

My little Pill

Dans son ouvrage, Mayté raconte plusieurs incidents relatifs à la prise excessive de médicaments et avoir vu Prince en piteux état. Les causes invoquées étaient les douleurs musculaires et les migraines. Elle-même prenait de la Vicodin pour soulager ses douleurs. Elle avoue avoir pensé au suicide après la mort de leur enfant en voulant en prendre une forte dose. Et elle a remarqué également que ses cachets disparaissaient régulièrement. Naïve, elle avait pensé que Prince les lui avait subtilisés pour la protéger, jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’il les avalaient. Elle raconte cet épisode du 21 avril 1996, quand il était stressé par son combat avec la Warner et que Mayté était enceinte, où Prince avait été retrouvé inanimé dans son studio. Hospitalisé d’urgence, il a demandé à sortir immédiatement, prétextant qu’il n’avait fait qu’un mauvais mélange vin-aspirine pour calmer ses migraines. Elle livre également un détail troublant : à plusieurs reprises,  quand il était particulièrement, malade ou victime de « migraine », Prince lui remettait une enveloppe scellée pour qu’elle la dépose dans son bureau à Paisley Park. Elle n’a jamais ouvert cette enveloppe, mais imagine que c’était des consignes testamentaires. D’où sa surprise en 2016, lorsqu’il a été annoncé que Prince était mort sans laisser de testament derrière lui.

Jehovah – The Gospel according to Larry Graham

Prince rencontre Larry Graham, une de ses idoles de jeunesse, le bassiste de Sly & The Family Stone, lorsque leurs deux tournées se croisent dans le Tennessee. L’entente entre les deux hommes est immédiate, mais pas uniquement sur le terrain musical. Prince est encore marqué par la mort d’Amiir, les articles désobligeants sur cet épisode continuent d’être publiés et cela influe sur son comportement (« At that time in our life, he alienated a lot of people ») et sa vision de la vie. Il a étudié et lu des ouvrages sur le judaïsme, l’islam, le bouddhisme et l’hindouisme et sa rencontre avec Larry Graham, fervent croyant et témoin de Jéhovah, lui permet d’obtenir des réponses bibliques qui lui conviennent aux questions qu’il se pose. Larry et sa femme Tina déménagent pour habiter près de chez Prince pour qu’ils puissent travailler ensemble sur plusieurs albums : celui Larry (« GCS2000 »), celui de Chaka Khan (« Come 2 My House ») et « Newpower Soul ».

Mais progressivement, Larry prend de plus en plus de place dans leur vie et abreuve le couple de sermons et prêches tirés des principes des Témoins de Jéhovah pour rechercher « La Vérité » . Si Prince est convaincu jusqu’à changer les paroles de « The Cross » en « The Christ », Mayté est plus réticente à adhérer à cette foi et ses dogmes.

Elle est particulièrement gênée sur un plateau de télévision, lorsqu’en pleine interview (Vibe) pour promouvoir la sortie des 3 albums, Larry se lance dans un long développement sur la façon dont Jésus a été tué (empalé et non crucifié). Prince semblait être le seul à être captivé pendant que tout le monde écoutait poliment mais dans un état de stupéfaction. Ce genre de conversations étaient quotidiennes, mais chacun sentait que Mayté n’approuvait pas, jusqu’à ce qu’elle commence à se sentir étrangère dans son propre foyer.

Mayté est sollicitée pour réaliser deux clips : « The One », extrait de Newpower Soul et « Move Me » pour Larry. Pour « The One », en plus du message subliminal pour Amiir, Prince fait insérer d’autres messages qui font référence à la doctrine des Témoins de Jehovah (« Stauros is what Jesus died on not a cross » puis « Jesus is King Jesus is King Jesus is King »). Et est également inclus le message « Mayte was Nefertiti and Prince was Akhenaten so you are my slave ». Cette chanson, dans laquelle elle est nommément citée, et le clip pour lequel elle a eu carte blanche, symbolisent et contiennent tout ce qu’elle aime : l’amour réciproque, la danse orientale et une apparition d’une de ses actrices préférées (Rita Moreno) pour jouer le rôle de sa mère. Cette vidéo a, pense-t-elle, permis de renouveler leur amour et ils décident ensemble d’acheter une maison à Marbella et de voir comment créer un orphelinat en Espagne qui sera financé par Love 4 One Another….

Love 4 One Another

La tournée Love 4 One Another, début 97, qui s’est transformée en Jam Of The Year Tour plus tard, servait en partie à récolter des fonds pour l’association caritative que Prince venait de créer. Mayté était responsable du marchandising, dont les bénéfices servaient également à l’association. A l’occasion d’une date, Mayté, qui était restée chez elle pendant que Prince tournait,  a voulu faire une visite surprise à son mari. Elle remarque dans les coulisses une jeune fille qu’elle ne connait pas, discrète, qui lui ressemble un peu mais avec quelques années de moins. Elle se présente comme Manuela. Mayté s’étonne de ne pas la connaitre, ni d’avoir entendu parler d’elle lorsque cette jeune fille lui dit qu’elle travaille sur le marchandising. Prince arrive, et serre la main de Manuela devant Mayté, de façon ostensible (voir plus haut pour comprendre la signification de ce message). La jeune fille revient souvent dans les discussions du couple, Prince demandant à Mayté de prendre exemple sur elle pour sa coupe de cheveux, son look. Mayté de son coté, le trouve trop proche et trop attiré par elle. Son instinct féminin ne la trompe pas et ses mauvais pressentiments se confirment lorsqu’elle apprend que Manuela est aussi Témoins de Jéhovah puisqu’elle assiste aux mêmes cours que Prince, Larry et Tina dans un temple à Minneapolis. C’est alors que Mayté commence à rassembler les pièces du puzzle et comprend que la maison de Marbella était un cadeau empoisonné pour l’éloigner. Elle suppliait souvent Prince de venir la rejoindre pendant les breaks de la tournée qui s’est prolongée en 98 (New Power Soul Tour Festival), ce qu’il faisait parfois (d’où la chanson Madrid 2 Chicago).

Mayté a eu une ultime confirmation de sa relation avec Manuela lorsqu’il est arrivé dans leur résidence espagnole avec Larry et Tina Graham….et Manuela qui arborait un splendide pendentif en forme de Love Symbol avec des bijoux incrustés et qui ne faisait pas partie des objets en vente. Aujourd’hui, Mayté dit avoir une relation cordiale avec celle qui est devenue la seconde femme de Prince. Bien que Manuela ait nié avoir développé une relation avec l’artiste pendant qu’il était encore officiellement marié avec Mayté, cette dernière a du mal à la croire.

I Love U, But I Don’t Trust U Anymore

Les choses prennent une autre tournure à Marbella en 1998, lorsque Mayté et Prince se rendent au Santo Mauro Hotel pour une conférence de presse dans le cadre de la partie européenne du New Power Soul Tour. Sur le trajet, Prince se lance dans une tirade sur les contrats (comme à l’époque de son combat chez la Warner) et considère son mariage comme un « contrat » qu’il faut tout simplement annuler (euphémisme pour divorce). La discussion continue après la conférence, dans leur maison, durant laquelle Mayté, ébahie, s’entend dire qu’il fallait qu’elle accepte cette séparation légale, que leurs vœux allaient être renouvelés le 14 février suivant (1999), qu’elle allait être baptisée le même jour et devenir Témoin de Jéhovah par la même occasion. Effondrée et en larmes, Mayté signe le document que Prince lui tend, censé « annuler le mariage ». Ils sont toujours officiellement ensemble en 1999, aucun divorce n’ayant été prononcé légalement et continuent de faire des apparitions publiques. En privé, l’idée de renouvellement des vœux à la Saint-Valentin ne se concrétise  pas, et Mayté devient de plus en plus allergique à Larry Graham et aux préceptes religieux qu’il inculque à son mari. Prince en arrive même à la conclusion que la mort d’Amiir était le prix à payer après ses nombreux péchés, provocations, agissements et errements spirituels passés (croyance en la réincarnation, mélange de différentes spiritualités). Il trouve l’explication biblique à la perte de son enfant dans les histoires de David, Bethsabée et Absalom.

La situation ne s’arrange pas tout au long de l’année, la religion et Manuela étant les deux principales sources de tension dans le couple. « Je t’aime, mais je ne te fais plus confiance » lui dit-elle pendant une dispute. Les phrases dites par Mayté au cours de cette querelle seront réécrites pour « I Love U, But I Don’t Trust U Anymore » pour l’album « Rave Un2 The Joy Fantastic ». Une rumeur avait longtemps circulé sur le net disant que Prince avait écrit cette chanson après qu’il ait découvert que Mayté avait eu une liaison avec un garde du corps, ce qu’elle dément. Une autre chanson de cet album, « The Greatest Romance Ever Sold » contient des paroles blessantes pour Mayté et le clip, dans lequel Prince se frotte à une danseuse du Crazy Horse, finit de l’humilier.

The Banished One

En mai 2000, Prince et Mayté divorcent officiellement. Lassée, elle ne demande pas de pension ou de compensation financière. Prince lui laisse juste la maison de Marbella avec tout ce qu’elle contient (meubles, vaisselles, vêtements et une voiture…). N’ayant pas les moyens de l’entretenir, Mayté revendra la maison  et stockera longtemps dans des box les vêtements et autres objets. Elle rentre vivre aux Etats-Unis. Au même moment, Prince fait une conférence de presse au cours de laquelle il annonce reprendre son nom de naissance comme nom d’artiste (au lieu du Symbol).

Lorsqu’elle l’appelle en 2001 pour lui transmettre ses condoléances suite à la mort de son père (John L. Nelson, qu’elle dit n’avoir rencontré qu’une seule fois), Prince lui apprend qu’il va épouser Manuela et qu’il s’apprête sortir un nouvel album. « The Rainbow Children » inclut un scénario qui raconte l’histoire d’un homme devenant « The Wise One » (le sage) après avoir banni sa femme mécréante et épousé une femme croyante (« The Muse »). The Wise One étant évidemment Prince, la croyante / la muse étant Manuela, et la mécréante bannie : Mayté. Tout l’album, sous une forme scénarisée, est une déclaration de foi et une ode aux principes des Témoins de Jéhovah, qui sont ceux qui ont compris, appliquent et propagent les lois divines.

Prince épouse Manuela le 31 décembre 2001. Il demande à un assistant de faire brûler TOUT ce qui était lié à Mayté et Amiir (meubles, vêtements et jouets). Mayté n’a plus jamais revu l’urne qui contenait les cendres de leur enfant.

En 2004, Prince et Manuela achètent une maison à Toronto….ils divorcent 2 ans plus tard.

Quand Mayté, par la suite, réussit à revoir ou contacter Prince, les échanges pouvaient être cordiaux (comme à Las Vegas) ou aller jusqu’à la confrontation (dans un nightclub). Mais lorsqu’elle tente de le joindre pour lui rendre ses affaires qu’elle stockait depuis 15 ans dans des boxes climatisés, personne ne donne suite à ses appels. Elle décide de mettre en vente ces objets aux enchères, n’ayant pas :

  • de rentrée d’argent stable et suffisante pour vivre avec sa fille adoptive et entretenir son refuge d’animaux (hormis des épisodes d’Hollywood Exes, de quelques séries et des cours de danse)
  • l’intention de continuer à couvrir des frais de stockage,
  • l’intention de les donner à des associations (« For all the size extra- petite rock stars living on the street? »),
  • envie de tout rapatrier chez elle et de faire un autel à la gloire de son ex-mari.

Epilogue

Prince a confié à Mayté que s’il formait un groupe de rock, il mettrait « Tommy Lee et Dave Navarro dedans ». Ironie de l’histoire, Carmen Electra épousera Dave Navarro, et Mayté aura une liaison avec Tommy Lee après avoir été quittées par Prince. Elle reconnait avoir été dans les excès avec ce rocker, mais confie qu’elle en avait besoin après son divorce. Depuis, elle a adopté une petite fille, Gia, donne des cours de danse  (www.mayte.com/bellydanceclass) et gère un refuge pour animaux (www.maytesrescue.com).

Elle a maintenu de bons contacts avec d’anciennes musiciennes de Prince (Sheila E., Wendy & Lisa) et des membres du New Power Generation. Mayté a participé au grand concert hommage réunissant bon nombre des anciens musiciens du NPG pour danser sur « 7 » à l’Xcel Energy Center de Saint-Paul le 13 octobre 2016, soit 20 ans presque jour pour jour après la naissance d’Amiir.

On en parle sur le forum