Depuis les années 80, un mythe s’est créé sur une collaboration entre Prince et Miles Davis. Mais toutes les sources et informations sérieuses confirment que cette légende a été largement exagérée, déformée et fantasmée.

La première « connexion » entre les deux artistes date du film Under The Cherry Moon tourné en 85, dans lequel on peut voir la pochette du dernier album de Miles You’re Under Arrest.

Ils se sont rencontrés quelques semaines plus tard quand Davis préparait l’album Tutu. C’est la Warner qui a permis leur rencontre, Davis voulant travailler avec Prince. Ce dernier donne une chanson inédite, Can I Play With U?, pour que Miles y ajoute sa partie de trompette, ce qu’il fit. Prince, en écoutant les autres chansons qui étaient prévues pour Tutu se dit que sa chanson était trop différente pour être intégrée à l’album. L’idée de départ qu’ils développeraient une collaboration si le résultat final était probant fût donc abandonnée pour ce coup là. Sur l’album Tutu, un morceau porte le nom de Full Nelson. Selon une interview de Marcus Miller, le choix de ce titre n’était pas anodin, mais bien un clin d’œil appuyé vers Prince. Miles Davis écrira dans son autobiographie que ce « Nelson » faisait en fait référence à Nelson Mandela.

La chanson Can I Play With U? que l’on connait à travers les bootlegs est donc bien une chanson de Prince qu’il a composé et joué avec Eric Leeds au saxophone. L’apport de Davis et des ajouts de certains de ses musiciens ont été faits ultérieurement. Pour cette chanson donc, les deux géants n’ont pas travaillé ensemble au studio. Le même jour de l’enregistrement de Can I Play With U? (le 26/12/85), Prince enregistre un instrumental appelé A Couple Of Miles avec Eric Leeds. Il n’avait pas projeté de la donner à Miles Davis, mais plutôt de l’inclure dans un de ses projets mort-nés de l’époque « The Flesh » – sorte de prototype de Madhouse. C’était tout simplement un clin d’œil, ou un hommage.

Prince et Miles se rencontrent à plusieurs occasions. Il lui fait écouter des titres (Witness 4 The Prosecution, Movie Star et Chocolate) pensant que Davis pourrait y ajouter de sa trompette. Cela ne se fera pas, mais, Miles jouera Movie Star quelques fois en live en 1987. Miles Davis est remercié sur l’album Sign ‘O’ The Times, mais contrairement à certaines rumeurs, il n’a ni co-écrit ni joué sur Slow Love. Cette chanson a été écrite par Prince avec Carole Davis, une petite amie de l’époque.

Cette année a aussi été l’année des nombreuses occasions ratées : A plusieurs reprises, Prince et Miles Davis s’invitent à leurs concerts respectifs (21/03/87 au First Avenue notamment), mais n’arrivaient pas à accorder leurs emplois du temps ou étaient victimes d’imprévus (Miles qui oublie sa trompette!). Ce n’est qu’au fameux concert du 31 décembre 1987 à Paisley Park que les deux seront sur scène (des extraits de ce moment ont été diffusés dans des reportages TV).

En 1988, sort Sticky Wicked sur l’album CK de Chaka Khan. Miles a enregistré sa partie à la demande de Chaka, sans que Prince ait soumit l’idée. Sticky Wicked constitue donc l’unique collaboration officielle de Miles et Prince, bien qu’ils n’aient pas travaillé ensemble sur cette chanson (le même jour, dans le même studio).

ck

A la fin des années 80, un bootleg appelé « Crucial: with Miles Davis and Friends » circule sous le manteau. Il est vendu comme l’album inédit des sessions Prince / Davis, datant les chansons de 86 à 88. Les titres sont: Paris / Power Fantastic / Crucial / Last Heart / Sexual Suicide / Girl O My Dreams / Can’t Stop This Feeling I Got / We Can Funk / In A Large Room With No Light / Witness 4 The Prosecution / Can I Play With U? / Crucial et Amandla.

C’est probablement ce bootleg qui a semé le plus de doutes dans les esprits. Toutes ces chansons étaient inédites et inconnues avant qu’elles n’y apparaissent. Amandla est un morceau officiel de Miles Davis sorti quasiment à la même période. Sur ce bootleg, on peut entendre pas mal de cuivres et on a longtemps cru que c’était bien Miles à la trompette sur Power Fantastic alors que c’est Atlanta Bliss, le trompettiste de Prince. Aujourd’hui encore, des gens pensent détenir le Saint Graal avec ce pirate. Un autre bootleg live de Miles Davis cette fois, crédite à tort Prince pour un morceau (The Senate).

En 1989, Davis participe au « Musical Portait » réalisé par Albert Magnoli où il dit tout le bien qu’il pense de lui, comme il le fera dans son autobiographie. La même année, Prince enregistre un instrumental appelé Funky sur lequel il sample la trompette de Miles. Prince a envoie le morceau à Miles, dans l’espoir qu’il envisage cette direction musicale mais aucune suite n’y est donnée.

En 1991, Prince envoie quatre instrumentaux extraits des premières sessions du troisième album inédit de Madhouse 24 : 17 (rebaptisé Penetration), 18 (R U Legal Yet) 19 (Jailbait) et 20 (A Girl & Her Puppy). Il voulait que Davis y ajoute de sa trompette et les lui retourne. Au lieu de ça, Miles réenregistre les titres avec ses musiciens et les jouent en concert.

miles-davis-tape

Les versions de Miles avec ses musiciens sont inconnues, par contre des versions lives plus ou moins officielles existent (dont une version de Penetration jouée au concert de La Villette à Paris et diffusé à la TV). Prince a aussi envoyé une version instrumentale de Nothing Compares 2 U à la demande de Miles après que Sinead O’Connor en ait fait un succès.

Fin 1991, Miles Davis meurt. Prince n’assiste pas aux funérailles, malgré qu’il ait été invité à y faire un speech (Alan Leeds le fera à sa place). Il enregistre Miles Is Not Dead avec Michael B. à la batterie (appelée aussi Letter 4 Miles sur certains bootlegs). Prince refuse de participer à Doo-Bop, l’album posthume de Miles Davis, estimant que si rien n’était sorti du vivant de Davis, c’est qu’il y avait une raison et qu’il ne voulait pas publier quelque chose qui ne soit pas représentatif de son talent.

miles-not-dead

Il est vrai que Prince a dit en 1996-97 dans une ou deux interviews, qu’il avait des heures de bandes enregistrées avec lui. Mais aucun musicien, collaborateur ou ingénieur ne le confirme. Les frères Leeds (Alan et Eric), grands fans et fins connaisseurs de Miles Davis et collaborateurs de Prince à cette époque (Alan était président de Paisley Park, et comme Eric, avait la confiance de Prince pour accéder au coffre) ont affirmé à plusieurs reprises que ce n’était pas vrai. Lorsque Jeff Gold, qui était le vice-président de Warner en 1991 lui a demandé s’il comptait un jour ces fameuses bandes, sa réponse a été: « Nah, I never worked With Miles Davis ».

Plus tard, Prince fera quelques clins d’œil posthumes à Davis: 20 secondes de silence sur l’album Rave Un2 The Joy Fantastic, un léger sample non identifiable sur 2045: Radical Man et ce que l’on pense être un sample de la voix de Miles sur une séquence d’un album inédit de Madhouse en 1993. Il fait également référence à l’album Kind Of Blue sur Love Like Jazz (« Experimental and so brand new / The things I wanna do with you / Like a physical kind of blue / Come on baby let’s get to it / I want a lover that can improvise / I want a lover that can make me cry ») et sur un remix de Come On (« Loving this truth like Miles love jazz »).

Pour résumer, les seuls enregistrements Prince-Davis sont:

  • Can I Play With U? (inedit-1986),
  • Sticky Wicked de Chaka Khan (sur son album CK sorti en 1988).

Ils n’ont pas enregistrés ces titre ensemble, mais séparément.

Miles Davis a joué les titres suivants lors de ses concerts:

  • Movie Star,
  • 17 (Penetration),
  • 19 (Jailbait),
  • 20 (A Girl & Her Puppy).

Prince a composé deux instrumentaux avec Miles dans l’esprit: A Couple Of Miles et Miles Is Not Dead.

Les titres suivants ont été proposés ou envoyés à Miles Davis, sans qu’il n’y ait de retour:

  • Funky,
  • Movie Star,
  • Chocolate,
  • Witness 4 The Prosecution,
  • Nothing Compares 2 U,
  • 17 (Penetration),
  • 19 (Jailbait),
  • 20 (A Girl & Her Puppy).

Miles a réenregistré en 1991 les trois derniers titres avec ses propres musiciens dans un studio en Allemagne et les a joué en concert dans la foulée. Il meurt quelques mois plus tard, et Prince n’a jamais accordé les droits pour que ces titres sortent.

 

 

Sources :